dimanche 21 décembre 2014

Mois de la Photo, Quatrième épisode : Garry Winogrand

Photo Garry Winogrand 
Trente ans après sa mort, le photographe américain Garry Winogrand ( 1928-1984) est à l'honneur au musée du jeu de Paume. 
Après des études de peinture, c’est  la photographie qu’il  étudie  à  la « Columbia University » de   New York.  Une fois  diplômé, Winogrand  peut entamer  sa brillante carrière.  S’il travaille sur commande  pour des grands magazines comme Life, il ne s’en contente pas.

  Armé de son 24x36 et d'un objectif grand-angle, il traque avec énergie, la société américaine  à chaque coin de rue. Sa démarche  consiste à capter "l'instant décisif" sans s'encombrer d'une volonté esthétique.   " Le monde n'est pas bien rangé, dit-il,  c'est un cafouillis. Je ne cherche pas à le rendre lisse." 


Photos Garry Winogrand 
Il ne s'agit pas d'une simple boutade pour se défendre des critiques mais bien d'un credo. . Le cadrage incliné  de ses photographies témoigne de son irréductible spontanéité et au fil des années signe ce que l’on pourrait appeler le style Winogrand.     
La quête de ce   "photographe de rues", même s'il n'en aime pas le terme  semble être celle d'un obsessionnel boulimique, à l'image de l'Amérique consommatrice, qui cherche à  se libérer  de  ses entraves puritaines,  mais aussi de ses blessures  et des questions existentielles qui ont surgi  durant la guerre au Vietnam.

"Je photographie pour voir à quoi ressemblera une chose une fois photographiée" dit il. 
Du Bronx  des années 50, qui l’a vu naître,  ou de ses voyages à travers les Etats-Unis, en passant par Le Texas et le sud californien, jusqu’à la fin de sa vie, Winogrand ne cesse de vouloir comprendre ses contemporains à travers ce qui  leur arrive. 
Devant la multitude de clichés exposés à l'occasion de cette rétrospective, dont certains que  Winogrand, n'a jamais pris le temps de développer,  il n'est pas difficile d'appréhender à quel point ce chroniqueur  de la société américaine a durant toute  sa carrière traqué les soubresauts  et mouvements contradictoires qui l’ont animé et façonné.  Derrière les visages tantôt surpris, agressifs, joyeux et insouciants, c’est l’Amérique dans sa diversité  qu’il tente de mettre à nu.

Photo Garry Winogrand 
Photo Garry Winogrand 
















Photo Garry Winogrand 
Photo Garry Winogrand 
Emporté deux mois après la détection d’un cancer, Garry Winogrand laisse une œuvre riche,  de milliers de pellicules qui n’ont pas encore parlés. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire