mardi 31 décembre 2013

Correspondance

" Tu t'avançais vers moi longtemps
avant que ta  forme et ta voix
ne m'atteigne: c'était toi déjà, 
ce que je croyais la forêt.

"Et ce qui, à chaque répit
de ma souffrance, résonnait
n'était pas mon sang, ais tes pas, 
et ce pas , c'était  toi déjà.

" J'étais tout habillé d'attente 
et ma vêture était pesante;
le monde entier n'était qu'approche, 
tout chose était ta venue.

"De quels yeux t'épiaient mes sens!
 Vigilants, penchés de mon corps 
comme se penchent du balcon
des fiancées désirant la nuit..."

Rilke (journal de Schnargendorf) -
  Rainer Maria Rilke, Lou Andrea Salomé, Correspondance;  édition Gallimard

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire