dimanche 29 décembre 2013

Question de timing ...


 Quelques instants suffisent parfois à changer le cours d'une vie...
Le hasard des rencontres... tout est là...
C'est ainsi que j'ai  découvert le dernier roman de Douglas Kennedy (sur le présentoir de la bibliothèque de mon quartier). Il se trouve que c'est aussi l'élément déclencheur de ce roman populaire.  
L'auteur nous offre là un joli portrait de femme, Laura, technicienne en imagerie médicale, la quarantaine. Elle feint d'ignorer la dépression  qui affleure. Jusque là, elle n'a fait que minimiser le lézardement  qui s'est opéré dans sa vie de couple.
 Alors que certains signes auraient dû lui faire prendre conscience qu'elle arrivait à un tournant de sa vie et qu'il lui fallait réviser sa "carte au trésor" pour trouver le chemin du bonheur, c'est finalement une rencontre fortuite avec un courtier en assurance alors qu'elle est en déplacement à l'occasion d'un congrès médical qui va déterminer sa prise de conscience. 
Douglas Kennedy parce qu'il maîtrise parfaitement la psychologie féminine, réussit à nous tenir en haleine... Derrière cette histoire qui pourrait être simpliste, l'auteur soulève des questions essentielles sur la vie de couple, le mépris et la lâcheté qui viennent imperceptiblement éroder les plus belles promesses. Comment survivre alors? Ne pouvons-nous nous réveiller seul de notre torpeur? Qu'en est -il de l' autre qui vous réveille et vous révèle à vous même ? Est-il prêt à vous suivre  et à accepter le bonheur qui frappe aussi à sa porte?  


Citations :
" Une fois que le mépris commence à s'exprimer ouvertement  dans un couple , il ne s'arrête plus jamais.  " 
"Nous nous fabriquons tous une identité de façade , non? Le problème , au final c'est de savoir si elle nous convient. "
" Prétendre plaquer ses propres analyses sur les épreuves d'autrui est le comble de l'arrogance? au fond le malheur des voisins nous terrorise tellement que nous essayons de rationaliser l'irrationnel, parce qu'en secret , nous savons que nous ne sommes pas à l'abri d'une catastrophe  imprévisible et destructrice. " 
" La vie  venait de me prouver qu'elle pouvait être pleine de surprises et stimuler la passion que l'on croyait enfouie  à jamais. J'étais de nouveau capable  de me surprendre , étonnée par les détails de l'existence. C'était parce que j'avais perdu ma capacité d'émerveillement et aussi l'espoir en amour, ce réservoir infini de  bonheur, que l'automne m'apparaissait comme un objectif à atteindre, alors qu'il  est  la promesse d'un prochain renouveau. "  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire