dimanche 10 novembre 2013

La part de l'autre


" Un homme certain , c'est un homme armé. un homme certain que l'on ne contredit pas, c'est dans l'instant un assassin. Il tue le doute. sa persuasion lui donne le pouvoir de nier sans débat ni regret. Il pense avec un lance-flamme? Il affirme au canon. 
La plus haute naissance n'a donc rien à voir avec l'intelligence ou la bêtise. Un idiot qui doute est moins dangereux qu'un imbécile qui sait. Tout le monde se trompe, le génie comme le demeuré, et ce n'est pas l"erreur qui est dangereuse mais le fanatisme de celui qui croit qu'il ne se trompe pas. Les salauds altruistes qui se dotent d'une doctrine, d'un système d'explication ou d'une foi en eux même peuvent emporter l'humanité très loin dans leur fureur de pureté. Qui veut faire l'ange fait la bête." 

Extrait du roman d'Eric Emmanuel Schmitt: La part de l'autre

Dans ce roman l'auteur à succès,  Eric Emmanuel Schmitt, s'interroge sur ce qui pour lui semble être un des éléments déclencheurs de la terrible ascension  au pouvoir d'Adolph Hitler,  qui va lui permettre de mettre en place son terrible projet d'extermination des juifs dans toute l'Europe.  « La minute qui a changé le cours du monde est celle où l'un des membres du jury de l'Ecole des Beaux-Arts de Vienne prononça la phrase  « Adolf Hitler : recalé. » écrit-il.
Dès la première page, on est saisi par le défi  auquel s'est fixé l'auteur. du coup,si bien que  j'ai littéralement dévoré ce roman...  

L'auteur mène de front deux récits. D'un côté, il retrace l'ascension de celui qui va devenir le Führer d'une Allemagne en faillite,  de l'autre il dresse le portrait d'un artiste peintre, Adolph H, qui peine devant sa toile se cherche, rencontre Sigmund Freud, se fait des amis,  apprend à séduire les femmes et  à leur donner du plaisir, tombe amoureux etc...Tandis que l'un doute et se heurte à la réalité du monde qui l'entoure, l'autre n'accepte pas l'échec, ni aucun des sentiment, qui l'animent, et les enfouit, sans oser jamais, remettre en cause les idées derrière lesquelles ils dissimulent ses faiblesses et ses manques. 
Derrière le personnage historique d'Adolf Hitler, ce roman nous parle aussi de la rencontre en général et de sa richesse, dans le sens où elle permet de s'ouvrir ou non à l'autre. 
Derrière la fiction, les questions qu'il soulève par exemple sur notre libre arbitre et les  responsabilités qu'elle implique, sont le plus beau cadeau qu'un auteur puisse faire à ses lecteurs. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire