jeudi 25 avril 2013

Joue joue sans t'arrêter de Greg Dawson



Ce  roman biographique retrace le parcours de deux filles Janna et Frina qui alors qu'elles n'avaient que 13 et 11 ans, réussirent à survivre aux arrestations et exécutions massives  perpétrés par les nazis en Ukraine 

Si Greg Dawson s'est tant intéressé à leur histoire, c'est qu'elle lui a longtemps été cachée par l'ainée qui n'est autre que sa propre mère. L'auteur s'étonne à la fois de son silence et du fait qu'il n'ait pas interrogé les rares indices en sa possession.
Ce récit est donc d'abord celui d'un fils qui découvre tardivement  la série d'épreuves que sa mère a endurée en compagnie de sa sœur cadette depuis le moment où elles ont été arrêtées avec leurs parents et tous les 16 000 juifs de Kharkov, pour une marche forcée jusqu'aux fosses de Dobritstki Yar.

Si Janna réussit à échapper à la surveillance de nazis, c'est d'abord parce que cette prodige du piano, au delà de ses dons musicaux a développé depuis son plus jeune âge d'évidentes qualités d'indépendance et d'autonomie,  et que son père a l'intime conviction qu'elle peut s'en sortir ; elle a en elle  toutes les capacités pour affronter le froid,  la faim et la peur qui l'attendent. Alors, quand une opportunité surgit, il la saisit en  soudoyant  un jeune ukrainien avec sa montre,  afin qu'il la laisse partir et glisse à l'oreille de sa fille ainée : "Fais comme tu voudras, mais vis. Va! " Animée par cette injonction, Janna munie du manteau que son père vient  de  poser sur ses épaules, part sans se retourner ; forte de son amour , et de cette complicité réciproque née de leur passion  pour la musique.

Quelques jours plus tard, Janna retrouvera miraculeusement sa sœur à Kharkov.  Elle a aussi déjoué la surveillance des nazis. Leur joie est de courte  durée.  Janna sait déjà que pour rester en vie, elles doivent quitter définitivement cette ville   "nettoyée" par le Sonderkommando  4a.  C'est leur unique chance. Commence alors  pour elles, un long périple.

Rejoindre la gare de Lioubotine à 20 km, puis Poltava. Ce ne  sera qu'à Krementchouk, une ville plus au sud, qu'elles trouveront refuge dans un orphelinat et qu'elles pourront se faire des papier d'identité au nom de Anna et Marina Morozova.
Là bas, un piano désaccordé coule nonchalamment ses jours. Quand  les mains de Janna se mettent à le parcourir, c'est non seulement le piano qui revit, mais la pianiste prodige de Kharkov qui renait. Son plaisir est pourtant teinté d'inquiétude. Son talent et celui de Frina  n'échappe à personne.
 Les nazis basés à Krementchouk manquent de distraction, si bien que les deux jeunes pianistes  vont rapidement être conviées à leur jouer tout leur répertoire, Bach, Mozart, Schubert, Chopin.
Leur succès est tel qu'on leur propose ensuite d'accompagner au piano une troupe itinérante de chanteurs et danseurs qui les conduira d'Ukraine jusqu'à Berlin.
Durant toutes ces années, elles ont dû enfouir profondément en elle leur véritable identité de crainte d'être dévoilées. Pour reprendre les propos tenus par Nathalie Zajde  ( dans " hebdomadaire " Actualité juive " du 26 janvier 2012), on ne peut transmettre le traumatisme... mais on transmet l'attaque faite contre l'identité.
On comprend alors le besoin légitime de Greg Dawson  de porter haut et fort le témoignage que lui fait sa mère tant d'années après ces événements. Il découvre une autre femme, porteuse d'une histoire, dont il était jusqu'alors exclu.  On sent dans son approche une volonté de toucher au plus près la vérité du destin de ces deux sœurs. Sur leur chemin, elle côtoie l'Histoire, l'Histoire qui broie les individus et l'auteur, dans son désir de ne rien omettre, se répète quelquefois, comme une couturière qui s'appliquerait sur son ouvrage, cherchant à combler  les trous, à raccommoder le plus précisément, tout en donnant la place qu'il revient à sa mère et sa tante. J'aurais aimé parfois qu'il ne s'efface pas autant devant son sujet et  l'hommage qu'il  veut leur rendre.
Ce sera finalement leur rencontre avec un officier américain mélomane qui va transformer radicalement  leurs projets au point qu'elles finiront par accepter de signer leurs adieux à l'Europe et à leur Ukraine.
Il leur faudra encore patienter quelques mois avant de pouvoir intégrer la Julliard School, et poursuivre des études musicales que la guerre avait brutalement interrompues.
Sans leurs dons pour la musique et leur tempérament, elles n'auraient sans doute pu échapper au sort tragique que réservaient les Einsatzgruppen aux juifs d'Ukraine.
Au delà de ses maladresses littéraires, Greg Dawson nous offre une magnifique leçon de vie.
La musique, transmise avec amour, rend plus fort. 

Extraits : 

"Une montre en or, la générosité de quelques uns , la force héritée de leurs parents avaient détourné des fosses de Drobitski Yar le pas de Janna et Frina. Mais les ravins ne manquaient pas en Ukraine, ni les nazis chargé de les combler de cadavres juifs. Le long et difficile périple d'Anna et Marina Morozova ne faisait que commencer. "page 100

" D'instinct Janna avait deviné la mort des siens à Drobitski Yar. Mais elle n'en parlait pas et s'interdisait même de l'imaginer. Cette certitude inexprimable demeurait enfermée dans un noir recoin de son âme, à la fois profane et sacrée- taboue. Se cacher l'horreur:  seul moyen qu'elle eût de se prétendre Anna Morozova et d'obéir à l'ultime recommandation de son père : Vis ! "
 
" Je me rendais parfaitement compte de la médiocrité technique de ma performance. Mais je savais aussi que ce récital était une sorte de célébration, dimension qui m'avait permis de jouer sans trop me poser de questions, littéralement enchainée aux cœurs de mes auditeurs . J'étais là avec eux, avec ma sœur, attentifs ensemble à la voix de Beethoven. L'abomination née d'Hitler était vaincue. Peu m'importait, pour une fois de n'être pas à la hauteur de mes propres exigences, puisque notre souhait était exhaussé: nous avions contribué à restituer l'idée du bien à l'humanité, distribué aux rescapés de la torture des signes tangibles de vie et de paix, purs de toute peur. "  Page 195 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire